Ryanair : grève contre le vol patronal

03 Octobre 2018

La grève du 28 septembre des salariés de la compagnie aérienne Ryanair de six pays d’Europe a été un succès, avec l’annulation de 250 vols. Depuis des mois, hôtesses, stewards et pilotes se battent pour améliorer leurs conditions de travail et de salaire. Ils réclament des contrats relevant de la législation du travail du pays où ils travaillent, et non pas de l’Irlande, l’une des plus défavorables aux salariés en Europe.

Suite à cette dernière grève, le 1er octobre dernier, la direction de Ryanair a annoncé qu’elle avait revu à la baisse de 12 % son objectif de bénéfice pour l’exercice 2018-2019, de 1,35 milliard d’euros à 1,20 milliard d’euros. Même diminués, ces profits permettraient de satisfaire les exigences du personnel.

La direction ne l’entend évidemment pas de cette oreille. « La confiance des clients, les réservations et les tarifs au troisième trimestre sont affectés (…) dans ces cinq pays où des grèves inutiles se sont répétées », a déclaré le directeur général, Michael O’Leary. Ce dernier menace donc de réduire ses capacités pour l’hiver 2018 en fermant trois bases en Europe, une au Pays-Bas et deux en Allemagne, à partir du 5 novembre. Pour la seule base de Brême, la fermeture concernerait 90 employés. « La fermeture de la base de Brême est une tentative de représailles contre la grève des employés, qui se battent pour des revendications justifiées. Le comportement de Ryanair est scandaleux et indigne », a réagi dans un communiqué Christian Behle, du syndicat allemand Ver.di. Ryanair se livre en effet à un chantage destiné à faire pression sur les salariés.

Mais, suite aux cinq précédentes grèves de cet été, la direction de la compagnie a dû commencer à céder en partie aux revendications des pilotes irlandais, renonçant aux réductions de postes envisagées pour l’automne à Dublin. Les grévistes ont également obligé leur patron à accepter la création de syndicats, interdits jusque-là dans l’entreprise.

Commentant la chute de 12 % du titre de Ryanair à la Bourse de Dublin, un analyste financier a déclaré : « Si Michael O’Leary veut remettre le cours de Bourse sur les rails, il doit mieux traiter son personnel et ses clients. » Les salariés n’ont pas attendu cet avis pour s’en convaincre et continuer la lutte avec la seule arme dont disposent les travailleurs, celle de la grève.

Aline RETESSE