RATP : une sanction scandaleuse

03 Octobre 2018

Il y a deux semaines, la RATP a ouvert une procédure disciplinaire contre un conducteur parce qu’il avait giflé un collégien qui, après avoir traversé brusquement devant son bus, venait de l’insulter. Le chauffeur vient d’être sanctionné d’un jour de mise à pied.

Que le conducteur soit parvenu à éviter l’accident et qu’il n’y ait eu aucun blessé, c’était le cadet des soucis de la direction de la RATP. Sa volonté affichée de le sanctionner a choqué et une pétition de soutien au chauffeur, réclamant qu’aucune sanction ne soit prise, a recueilli près de 300 000 signatures dès les premiers jours. Ce mouvement de solidarité a compté dans la décision de ramener la sanction à un jour de mise à pied.

Ce type de situation et la réaction de la direction font écho à ce que de nombreux travailleurs vivent quotidiennement au travail : des conditions dangereuses, aggravées par des cadences et par une pression qui augmentent, avec la sensation qu’il suffirait de peu de chose pour qu’un accident arrive. Face à cela, les travailleurs trouvent des patrons qui se lavent les mains des conséquences.

Cette fois-ci, la direction n’a pas pu faire ce qu’elle voulait. Mais un jour de mise à pied, ça reste un jour de trop.

Correspondant LO