Pompiers : il y a le feu !

03 Octobre 2018

Le 125e congrès national des sapeurs-pompiers vient de se tenir à Bourg-en-Bresse.

À cette occasion, au nom du gouvernement et de l’État, l’encore ministre de l’Intérieur Collomb leur a fait un discours. Pour résoudre les problèmes graves rencontrés par les pompiers, il a proposé… de développer le volontariat, bottant ainsi en touche face aux problèmes dramatiques rencontrés par les 247 000 pompiers du pays.

Ces dernières années, les pompiers sont régulièrement descendus dans la rue pour protester contre le manque de moyens qui leur étaient attribués, pour leur droit à la retraite et pour le montant des indemnisations qu’ils touchent. En 2015, il y avait 193 700 sapeurs-pompiers volontaires et 41 000 sapeurs-pompiers professionnels, dont le financement est totalement assuré par les collectivités locales (essentiellement les départements). Seuls les 12 200 sapeurs-pompiers militaires, intervenant sur la région parisienne et la région marseillaise, dépendent du budget de l’armée. Depuis 1996, l’État s’est totalement déchargé, pour le reste du pays, de cette fonction de secours vitale.

Le budget global que les collectivités locales doivent y consacrer dépasse les cinq milliards d’euros. Or, ces dernières années, elles ont connu une baisse drastique des dotations de l’État, au moment même où les interventions des pompiers se multipliaient de façon spectaculaire. Les gouvernements ont notamment fait de plus en plus retomber les secours sanitaires, normalement dévolus aux hôpitaux, sur les sapeurs-pompiers. Cela a permis de baisser les dotations aux hôpitaux et aux Samu.

Les sapeurs-pompiers se trouvent dans une situation dramatique, et la population avec eux. Les politiques de restrictions permanentes des gouvernements aboutissent ainsi à mettre en jeu la survie de milliers de personnes.

Paul SOREL