Climat : un nouveau rapport alarmant

03 Octobre 2018

Avant la COP 24, une conférence sur le climat qui se tiendra en Pologne en décembre prochain, des représentants de chaque État réunis en Corée du Sud depuis le 1er octobre étudient les conclusions alarmantes d’un rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat).

Jusque-là, les engagements, solennels et aussitôt bafoués, des grandes messes sur le climat visaient à limiter le réchauffement climatique à 2°C d’ici 2100. Cet objectif semblait assez lointain pour ne pas trop engager les dirigeants au pouvoir.

Mais, au rythme actuel, une augmentation de 1,5°C sera atteinte en 2040. Comme le laissent entrevoir les événements climatiques de ces dernières années, ce rapport, après tant d’autres, confirme que la planète sera confrontée à une augmentation de la fréquence et de l’intensité des cyclones, à un surcroît de pluies ici, à la raréfaction de l’eau là, à une hausse du niveau des océans suite à la fonte de certains glaciers et à la dilatation des eaux, etc.

Si aucun dirigeant politique – à l’exception de ceux qui, comme Trump, font de l’outrance leur fonds de commerce – ne nie sérieusement la réalité du réchauffement climatique, aucun n’est en mesure de l’enrayer. Maîtriser consciemment les ressources énergétiques ou les émissions de gaz à effet de serre est impossible sans remettre en cause les fondements de l’organisation capitaliste de l’économie, au fonctionnement anarchique et incontrôlable, régi par la seule loi du profit.

Xavier LACHAU