Nos lecteurs écrivent : Parcours en zigzag

26 Septembre 2018

Dans le cadre de mes études de sociologie, j’ai été amenée à postuler dans différents masters.

La sélection passée, mon choix s’est porté sur une formation en anthropologie des migrations, à 800 km de chez moi. J’ai trouvé à me loger quelques jours seulement avant la rentrée.

Le jour J, outre le fait que la plaquette de présentation du master ne correspondait pas aux cours réels, j’apprends qu’un changement de programme est à prévoir et que la seconde année du master, celle du diplôme, est tout bonnement annulée. L’université a donc décidé de réorienter les étudiants concernés, dont moi-même, vers un parcours… non choisi.

Nous étions plusieurs à avoir traversé la France pour accéder à ce master, à avoir avancé des frais de scolarité et engagé des frais d’hébergement et de transport. Une étudiante m’a dit y avoir perdu 2 500 euros.

Cette situation est complètement ubuesque. Il aurait suffi à l’université de nous prévenir bien avant, plutôt que d’attendre le jour de la rentrée et de nous laisser dans le désarroi. J’ai dû en catastrophe contacter l’université de Grenoble pour ne pas devoir stopper mes études durant une année.

Sara, de Grenoble