Lycée professionnel : une réforme inacceptable

26 Septembre 2018

Jeudi 27 septembre, les enseignants et employés des lycées professionnels étaient appelés à faire grève et à manifester. Ils refusent une réforme qui réduit l’enseignement délivré aux lycéens, permettant au gouvernement de supprimer à terme 3 500 postes.

L’objectif est de développer l’apprentissage patronal au détriment de la formation professionnelle en établissement scolaire.

En 2008 déjà, la précédente réforme avait privé les élèves de lycée professionnel d’une année de scolarité, sous prétexte qu’ils pouvaient préparer le baccalauréat en trois ans au lieu de quatre. Avec la réforme programmée pour septembre 2019, la baisse des heures continue. Une dizaine de semaines de cours sera supprimée sur les trois années du bac professionnel. D’ores et déjà le nombre de places ouvertes pour le concours d’enseignant est en nette diminution.

Certaines filières sont particulièrement visées comme la filière gestion administration (GA) menacée de disparition. Les professeurs des spécialités concernées sont incités à se reconvertir en changeant de discipline, ce qui n’est pas toujours possible, ou en quittant l’enseignement.

Cette réforme permet aussi de remplacer de plus en plus l’école par l’apprentissage, non seulement dans les centres de formation d’apprentis gérés par les chambres patronales, mais dans les établissements scolaires eux-mêmes. Le ministre veut de l’apprentissage dans tous les lycées professionnels, ce qui signifie bien souvent un apprentissage de l’exploitation.

Enfin, et c’est bien à l’image du mépris de classe de ce gouvernement, comme de ses prédécesseurs, les enseignements généraux vont fortement diminuer et ne seront envisagés, de manière étroite, qu’en lien avec la vie professionnelle. Il n’est plus guère de mode de faire du français, de la littérature ou de l’histoire-géographie dans un but d’ouverture culturelle, mais bien dans un but strictement utilitaire… pour les futurs employeurs, s’ils existent.

Christian CHAVAUX