Derrière les mesures contre les marchands de sommeil

26 Septembre 2018

D’après le gouvernement, la loi prévoirait une répression accrue contre les marchands de sommeil.

Seulement, rien ne garantit qu’elle soit davantage appliquée par les préfets et les tribunaux que les précédentes. Surtout, les travailleurs et les pauvres obligés d’en passer par les marchands de sommeil n’auront pas davantage de garanties d’être relogés dans des conditions plus normales.

Pour les squatteurs, il n’y aura plus ni trêve hivernale, ni délai de deux mois entre le commandement de quitter les lieux et la mise en œuvre effective de l’expulsion et selon l’association Droit au logement, quand des squatters occupent un logement vide, ils pourraient être soumis aux mêmes sanctions pénales que s’ils s’étaient introduits dans des locaux par effraction pendant que leur propriétaire est en vacances par exemple.

J.S.