Lycée de Cachan : recul du rectorat

19 Septembre 2018

Début juillet, les enseignants du lycée de Cachan, dans le Val-de-Marne, apprenaient avec stupeur qu’une classe de 1ère STMG (bac technologique), sur les trois existant les années précédentes, était supprimée par le rectorat, ce qui portait les nouveaux effectifs par classe à 35 élèves au lieu de 24.

La mauvaise nouvelle était confirmée à la rentrée, début septembre, quand chacun constatait partout ces problèmes d’effectifs et de classes surchargées, notamment en BTS ou en seconde. Indignés par la dégradation des conditions de travail et les conséquences désastreuses qui allaient forcément en découler pour la réussite scolaire des élèves, les enseignants ont réagi collectivement par une première journée de grève dès jeudi 6 septembre.

Ce jour-là, réunis à 70 en assemblée générale, nombre d’entre eux ont exprimé leur inquiétude et leur révolte face à ces attaques incessantes du rectorat qui tente, année après année, de grappiller un maximum d’heures et de postes administratifs, de personnel de surveillance ou d’enseignement. Une nouvelle journée de grève et d’action a été décidée pour vendredi 14 septembre, avec pour objectif un lycée avec zéro cours.

Ce jour-là, alors que le lycée était quasi désert, l’assemblée générale a réuni 90 personnes déterminées à rester mobilisées. La veille au soir le rectorat accordait une enveloppe d’heures permettant la création d’une nouvelle classe et le rétablissement de toutes les STMG à 24 élèves. C’est autour d’un barbecue fort convivial et dynamisant que le personnel a fêté ce recul du rectorat.

Correspondant LO