De Rugy : l’opportuniste couronné

12 Septembre 2018

François Goullet de Rugy est désormais ministre d’État, ministre de la Transition énergétique suite à la vacance de Monsieur Hulot. Bel exemple de carrière d’un politicien bourgeois opportuniste.

Auparavant, il lui a fallu endosser l’habit de député pendant dix ans pour Les Verts puis Europe Écologie Les Verts ; quitter le groupe écologiste en raison de sa « dérive gauchiste » et rejoindre le groupe socialiste ; se présenter à la primaire de 2017 organisée pour désigner le candidat PS à la présidentielle ; perdre mais promettre d’accorder son soutien au vainqueur ; oublier son engagement pour rejoindre Macron et être adoubé président de l’Assemblée. Et maintenant être couronné, mais pour faire quoi ?

De Rugy parle de la planète, fait des discours, explique qu’il comprend tout à fait ceux qui disent que le changement écologique est beaucoup trop lent, mais pour mettre immédiatement en garde : « Je ne suis pas partisan du “noir c’est noir” » car, dit-il, « Nous sommes confrontés à de nombreuses transformations difficiles à conduire, parce qu’il y a des résistances, des oppositions, des conservatismes, des lobbys. »

Et voilà ressortis les lobbys, cet anglicisme bien commode pour ne pas dire clairement quels intérêts sont à la manœuvre. Dans cette société, les lobbys ne sont autres que les groupes capitalistes qui gouvernent les différents secteurs de la production sans autre boussole que leurs intérêts financiers, dans le mépris le plus total de la planète et de ses habitants. Sans leur retirer le pouvoir dont ils disposent dans l’économie et la politique, sans les exproprier, rien ne sera possible, à part demander à un Hulot puis à un de Rugy de venir faire de la figuration à la tête d’un ministère.

Sophie GARGAN