Sonde Parker : le soleil devrait briller pour tout le monde

05 Septembre 2018

Le 12 août, la NASA a lancé vers l’espace la sonde Parker. En route vers le Soleil, cette sonde est destinée à étudier l’atmosphère de notre étoile et les éruptions solaires dont les effets se font sentir sur la Terre, parfois brutalement.

Prévue pour effectuer 24 orbites autour du Soleil pendant les sept prochaines années, la sonde Parker va se rapprocher à 5,4 millions de kilomètres de la surface solaire, dans une zone où règnent des températures de l’ordre de 1 500 degrés Celsius.

Le coût de cette mission, 1,5 milliard de dollars, reste modeste comparé aux 400 milliards de budget annuel de l’armée américaine. Cette mission est le fruit de décennies de travaux, menés par des équipes de scientifiques et d’ingénieurs ayant collaboré par-delà les frontières.

Cette prouesse scientifique peut susciter de l’enthousiasme. Mais, au moment où la Nasa lançait la sonde Parker, Donald Trump annonçait la création d’une « force de l’espace », spécialisée dans l’utilisation de missiles pour la destruction des satellites russes ou chinois et se préparant à faire de l’espace le champ de bataille des guerres à venir.

La performance que représente le lancement réussi de la sonde solaire Parker laisse pourtant entrevoir les énormes moyens dont pourrait disposer l’humanité.

Mais dans une société basée sur la recherche du profit pour une minorité qui méprise les intérêts collectifs du plus grand nombre, les plus belles avancées scientifiques servent à faire la guerre, commerciale ou militaire, et continuent de côtoyer la misère et la pire arriération.

Xavier LACHAU