Téléphone fixe : Orange décroche

29 Août 2018

L’opérateur Orange vient d’annoncer la disparition programmée à cinq ans des téléphones fixes sur prise murale. L’entreprise cessera dès le 15 novembre de commercialiser ce type d’abonnement aux particuliers, et un an plus tard aux professionnels.

En fait, c’est la technologie RTC (réseau téléphonique commuté) dont Orange cesse l’exploitation, au profit du téléphone par Internet (VoIP), par l’intermédiaire d’une box. Orange jure ses grands dieux que le changement ne posera pas de problème aux près de dix millions d’utilisateurs de la technologie RTC dont la prise murale, promet-il, ne cessera de fonctionner qu’en 2023. Il leur fournira, promet-il toujours, un abonnement pas plus cher qu’actuellement, en leur prêtant gratuitement une box d’un modèle simplifié. La qualité de la voix serait au moins aussi bonne qu’avec le RTC, ajoutent les spécialistes.

Pourtant, les utilisateurs des vieux téléphones fixes à prise murale s’inquiètent, et ils ont des raisons. Qu’en sera-t-il dans les zones rurales ne disposant que d’un réseau Internet très médiocre, sans parler du très haut débit qui, dans les zones peu denses, n’est pas prévu avant longtemps ? Les mêmes sont parfois soumises à des coupures d’électricité, or seuls les appareils à prise murale peuvent rester opérationnels dans ce cas.

Quant à de nombreux systèmes d’alarme, de fax, d’alertes dans les ascenseurs, sans parler des terminaux de paiement, ils fonctionnent toujours sur la technologie RTC. En appuyant sur sa téléalarme ou coincé entre le quatrième et le cinquième étage, on aura intérêt à pouvoir disposer d’un téléphone mobile… et à savoir l’utiliser !

À l’inquiétude de nombreuses personnes âgées, isolées en campagne ou en montagne, Orange répond sans doute que le passage de RTC à VoIP ne sera pas plus compliqué que celui de la télévision analogique à la TNT… L’argument ira droit au cœur de tous ceux qui avaient oublié d’acheter un décodeur, ou l’avaient trouvé cher, et à ceux habitant une région où la bascule a été problématique. Quant à l’engagement d’Orange sur le prix de l’abonnement et la gratuité de la box, il est à mesurer à l’aune des économies faites par l’opérateur sur l’entretien actuel du réseau et de ses quinze millions de poteaux, en place depuis 75 ans, par un personnel en diminution constante. L’obsolescence de la technologie est d’autant plus montrée du doigt que la recherche du profit est l’unique souci d’Orange.

Viviane LAFONT