Argentine : retour de bâton contre l’Église

29 Août 2018

Après le rejet par le Sénat de la loi dépénalisant l’avortement, des milliers d’Argentins font la queue devant la conférence épiscopale de Buenos Aires pour demander à être débaptisés.

Ils dénoncent ainsi la pression réactionnaire de l’Église qui prétend gérer la vie et le corps des femmes, dans ce pays où la séparation entre l’Église et l’État n’existe pas.

L’institution religieuse y a donc un poids considérable sur la société. Le mouvement d’apostasie – le fait de renoncer officiellement à son baptême, et donc à son appartenance à l’Église – a touché toutes les générations : la cofondatrice de l’association des Mères de mai, qui lutte contre les crimes commis pendant la dictature, a déposé également une demande.

Il faut dire que l’Église a soutenu activement la dictature féroce des militaires entre 1976 et 1983. Elle y a couvert les assassinats, les « disparitions » d’opposants, les trafics de bébés... au nom de la lutte contre la « subversion marxiste ».

Aujourd’hui, le combat pour la légalisation de l’avortement continue, contre l’Église et avec la bénédiction de nombreuses femmes dans monde !

Camille PAGLIERI