Travail du dimanche : flexibilité accrue

22 Août 2018

Vingt-deux obscurs députés LREM ont signé une tribune dans le Journal du dimanche en faveur d’une généralisation de l’ouverture dominicale dans les commerces. Cela a suffi à provoquer une campagne médiatique prétendant qu’une telle mesure serait bonne pour l’économie, tout en respectant la liberté des employeurs comme des salariés.

La loi Macron de 2015 avait déjà défini des zones touristiques internationales dans lesquelles les commerces pouvaient ouvrir le dimanche. Mais des tribunaux administratifs ont contesté la réalité de quatre de ces zones touristiques, à Paris et à Dijon, leur interdisant formellement l’ouverture le dimanche. Les patrons de la distribution, en particulier des grandes enseignes, voudraient faire disparaître les quelques entraves à leur liberté d’ouvrir leurs magasins et de disposer de leurs salariés quand bon leur semble.

Dans le passé, des travailleurs ont obtenu d’être payés double le dimanche, en compensation du désagrément. Mais c’est loin d’être général.

La loi Macron de 2015 ne prévoit qu’une augmentation de 30 % dans les commerces alimentaires de plus de 400 m², et aucune obligation dans les zones touristiques internationales. Les salariés sont renvoyés, dans ce cas, vers les conventions collectives, c’est-à-dire, et de plus en plus, vers le bon vouloir des patrons.

Voilà ce que voudraient généraliser ces députés LREM, porte-voix d’organisations patronales de la distribution.

A.C.