Prélèvement à la source : suppressions d’emplois annoncées

22 Août 2018

La mise en place du prélèvement de l’impôt sur le revenu à la source, versé directement par les entreprises à l’État, doit intervenir au 1er janvier 2019.

Le ministre Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des comptes publics, a indiqué le 14 août que les entreprises de moins de vingt salariés pourront déléguer gratuitement le prélèvement à la source à l’Urssaf, qui prélève déjà les cotisations sociales.

Cette annonce a sûrement rassuré bien des petits patrons, mais elle a de quoi inquiéter les employés de l’Urssaf, dont les effectifs n’augmenteront probablement pas pour autant.

Si le flou demeure concernant certains aspects de cette réforme, une chose est sûre : elle doit permettre au gouvernement d’effectuer des suppressions d’emplois dans les services des Impôts. Le journal économique Les Échos a évoqué le chiffre de 20 000 emplois supprimés d’ici cinq ans dans l’administration fiscale, alors que 35 000 postes y ont déjà disparu en quinze ans.

Pourtant, les tâches de ces agents ne devraient pas forcément diminuer, la situation de nombreux salariés devenant plus complexe, avec le développement du travail temporaire, le cas des saisonniers ou la gestion des crédits d’impôt qui se multiplient. Sans compter la nécessité de répondre aux questions des contribuables qui vont être inévitablement perdus.

Le ministère prétend avoir formé ses agents pour y faire face, mais le meilleur moyen serait surtout qu’ils soient en nombre suffisant.

Denis Aler