Les super profits des capitalistes ruinent la société

08 Août 2018

Les bénéfices des multinationales ont crevé les plafonds au deuxième trimestre. Les profits des grands groupes internationaux ont bondi de plus de 20 % aux États-Unis et de 9 % en Europe.

Apple engrange à lui seul un bénéfice net de 11,5 milliards de dollars qui dope sa valeur : c’est la première multinationale à valoir 1 000 milliards de dollars en Bourse. Les principaux groupes français ne sont pas en reste : le constructeur automobile PSA annonce une rentabilité record pour les six premiers mois de l’année. Dans le luxe, les bénéfices de LVMH sont colossaux et la fortune de son actionnaire principal, le milliardaire Bernard Arnault, a augmenté de 56 % en une année. Cela représente 800 euros par seconde ! L’envolée des profits des entreprises ne sert qu’à augmenter les revenus d’une minorité de super riches.

Les actionnaires, les investisseurs, les propriétaires de ces grands groupes peuvent sabrer le champagne en regardant leur fortune croître. Oui, le travail des salariés en produit des richesses, en rapporte des milliards ! Et c’est au prix d’une dégradation continue de leurs conditions d’existence.

Les licenciements, synonymes de catastrophes pour les familles populaires, sonnent comme autant de promesses de bénéfices du côté des actionnaires. L’action du groupe Carrefour a bondi de 10 % après des résultats en hausse, dus notamment à la suppression de 2 000 emplois. Les profits grimpent grâce à la montée du chômage, à la misère d’une partie de la classe ouvrière, écartée de l’emploi et condamnée à survivre avec des allocations sociales qui baissent, grâce aux difficultés pour boucler les fins de mois avec des salaires et des pensions de retraite insuffisants, à la précarité devenue la norme pour un nombre toujours plus grand de travailleurs.

Pour qu’une poignée de multimilliardaires s’enrichisse toujours plus, l’humanité entière est plongée dans le chaos. La guerre que se livrent les grands groupes dans l’arène économique s’accompagne d’affrontements destructeurs et meurtriers aux quatre coins de la planète. Les grandes puissances, quand elles n’interviennent pas directement, y soutiennent des bandes armées au nom de la lutte contre le terrorisme. Mais ce sont les intérêts des Areva, Bouygues, Bolloré ou Total qui déterminent l’intervention des troupes françaises au Mali et ailleurs en Afrique, pas la protection des populations locales !

Les prouesses de la technologie, qui pourraient représenter un progrès pour toute l’humanité, ne servent qu’à engendrer des super profits pour des entreprises comme Apple. Un milliard d’êtres humains sur les 7,5 milliards que compte la planète souffrent de malnutrition. La sécheresse qui promet des récoltes de céréales à la baisse entraîne l’emballement de la spéculation. Dans les pays riches, à la Bourse des matières premières agricoles, les prix du blé ou de l’orge ont ainsi bondi de 20 %. Cela rapporte des milliards à une minorité mais accentue la famine pour des populations entières.

Le capitalisme n’est pas seulement injuste, fondamentalement basé sur la surexploitation de la majorité au profit d’une minorité. Il fait peser une menace mortelle sur toute la société. Les super profits des multinationales ne sont pas le signe d’un retour à une économie plus prospère, d’une sortie de crise. Des commentateurs soulignent que des investisseurs, qui craignent que les bénéfices ne diminuent après avoir atteint le sommet, commencent à vendre les valeurs des multinationales les plus rentables. D’autres prévoient le début de la prochaine récession dès l’année prochaine.

Sans remise en cause du fonctionnement capitaliste de la société, aucune des crises, aucun des problèmes auxquels la planète se trouve confrontée aujourd’hui ne trouvera de solution : ni les menaces de krach financier, ni les risques de guerre généralisée, ni la crise écologique.

Engager le combat contre le grand capital est devenu une question de survie pour l’ensemble des travailleurs. Ne serait-ce que pour sauvegarder ses conditions d’existence, déjà tant écrasées, il est indispensable que la classe ouvrière engage un combat déterminé et collectif, pour imposer le maintien des emplois et du pouvoir d’achat des salaires et des pensions.

Et, bien au-delà du sort immédiat de la classe ouvrière, c’est toute la société qui crève littéralement de cette organisation sociale catastrophique. Exproprier la classe capitaliste, se débarrasser de la logique du profit individuel, mettre en commun les moyens de production, devient une question de vie ou de mort pour l’écrasante majorité de la société.

Éditorial des bulletins d’entreprise du 6 août 2018