Migrants à Nantes : la chasse aux pauvres

25 Juillet 2018

Lundi 23 juillet la police a procédé à l’évacuation du camp de migrants installé square Daviais, en plein centre de Nantes. Cela fait suite à une décision du tribunal administratif qui la justifiait par l’insalubrité et les risques, réels, pour la santé des migrants.

Mais l’hypocrisie des pouvoirs publics est telle qu’ils ne proposent aucune solution pour remédier à l’absence d’hygiène que subissent les migrants. Au moment où 400 d’entre eux sont évacués, la préfecture n’annonce que 100 hébergements disponibles. Les autres vont se retrouver dispersés et à la rue, dans les mêmes conditions déplorables que précédemment. Et pour certains ce sera la troisième fois en moins d’un mois qu’ils seront chassés d’un squat, y compris quand il s’agissait d’immeubles vides et destinés à le rester.

Les pouvoirs publics ne cherchent pas à résoudre les problèmes des migrants, seulement à ce que les passants du centre-ville ne les aient pas sous les yeux.

Correspondant LO