Le bal des pourris : Macron chef d’orchestre

25 Juillet 2018

Le 24 juillet Macron a fini par commenter l’affaire Benalla. Il l’a fait devant ses députés et ministres, donc sans craindre de se voir contredit ou interpellé.

Le président dit tout assumer. Cela resserre les rangs en protégeant ses proches mis sur la sellette : ministre de l’Intérieur, chef de cabinet, préfet… Il fanfaronne en lançant aux médias et à l’opposition : « Qu’ils viennent me chercher ! », mais il sait ne rien risquer, protégé qu’il est par son immunité présidentielle. Y compris quand il ment en disant s’être senti trahi par Benalla, alors qu’après avoir été averti de son comportement, il demandait encore au « traître » de l’accompagner dans un déplacement privé !

Quand Macron dit tout assumer, cela change de ses prédécesseurs qui, pris les mains dans le pot de confiture, jouaient les innocents. Mais sur le fond, le « monde nouveau » qu’il avait promis est et reste un monde fondé sur l’exploitation des travailleurs qui enrichit les possédants. Un monde où ceux qui s’approchent du pouvoir se croient tout permis, comme les nantis qu’ils servent.

P.G.