Afghanistan : une guerre sans fin

18 Juillet 2018

En Afghanistan, 1 700 civils ont été tués depuis le début de l’année, près de 3 500 ont été blessés. C’est le bilan le plus meurtrier pour les civils depuis dix ans, selon l’ONU. Les groupes se revendiquant de Daech et les taliban ont revendiqué les attentats dont les victimes sont en majorité des civils.

Mais les opérations aériennes ont également entraîné une augmentation de 52 % du nombre de victimes civiles, comparé à la même période l’an dernier, avec 149 morts et 204 blessés civils. Plus de la moitié de ces victimes sont portées au compte des forces aériennes afghanes et 45 % aux forces américaines, les seules de la coalition occidentale conduite par l’Otan à mener des opérations aériennes.

Derrière ce bilan statistique, il y a une guerre qui continue en Afghanistan, dix-sept ans après le 11 Septembre, qui avait servi de prétexte aux États-Unis pour conduire une coalition à laquelle l’armée française participe.

Obama d’abord, Trump ensuite, contrairement aux engagements du premier, ont maintenu la présence de milliers de soldats américains qui interviennent dans les combats. Les États-Unis tiennent à bout de bras le gouvernement de Kaboul, dont ils assurent 90 % du budget militaire.

Les populations civiles se retrouvent sous le feu d’appareils militaires en compétition. Et, dans cette compétition, les États-Unis, première grande puissance militaire mondiale, sont impuissants à imposer leur ordre et ne font que jeter de l’huile sur le feu, avec comme résultat d’apporter de l’eau au moulin du terrorisme et de condamner la population afghane à une guerre sans fin.

Boris SAVIN