Haïti : émeutes de la faim

11 Juillet 2018

Vendredi 6 juillet après-midi, suite à la décision du gouvernement d’augmenter les prix des produits pétroliers, les habitants des quartiers ont envahi les rues de Port-au-Prince et de certaines villes de province.

Le gouvernement de Jovenel Moïse préparait cette augmentation des prix du carburant depuis plusieurs mois et avait déjà avancé ses raisons : une prétendue lutte contre la contrebande d’essence avec Saint-Domingue du fait d’un prix plus bas en Haïti et la baisse des subventions sur le prix du carburant que le FMI accorde au gouvernement haïtien. De toute façon, l’Association des industriels haïtiens (ADIH) avait déjà accordé son soutien et pressait le gouvernement de mettre en application ces augmentations.

En les annonçant au moment du match Brésil contre Belgique, Jovenel Moïse pensait noyer ces augmentations dans l’euphorie du football. La tactique n’a pas marché et la colère de la population a explosé ce vendredi 6 juillet. Cette augmentation des prix pour une population qui crie famine était celle de trop.

Ce fut une explosion, d’autant que les gérants de stations-service de la capitale ont cessé toute livraison de produits pétroliers, en attendant, disaient-ils, le recalibrage des machines, mais en réalité pour pouvoir vendre sur la base des nouveaux prix. Les manifestants en colère ont saccagé ces stations.

Des groupes venus des quartiers populaires ont bloqué les rues avec des pneus enflammés et tout objet pouvant servir à faire des barricades, la ville de Port-au-Prince a été bloquée. Partie de la capitale, cette explosion a embrasé les villes de province : dans le nord au Cap, dans le plateau central à Hinche ou dans le sud aux Cayes.

Les syndicats des chauffeurs de transport en commun avaient annoncé un mouvement pour s’opposer à l’augmentation des prix, mais ils ont été soutenus, dépassés par les jeunes des quartiers soutenus par la population en colère.

En effet le gouvernement a augmenté de 30 % l’essence, de 47 % le diesel et de plus de 51 % le prix du pétrole lampant. Appelé « gaz blanc », c’est lui qui est utilisé pour les lampes à pétrole. Il n’y a pas d’électricité et, si les riches peuvent se payer des génératrices, dans les quartiers pauvres il n’y a que ces lampes. Avec cette augmentation, le prix d’un gallon (4,5 litres) de pétrole est équivalent à celui d’une journée de travail dans une entreprise du textile.

Avec l’augmentation des prix des denrées de première nécessité, la population pauvre, les travailleurs sont pris à la gorge et même ceux qui ont un travail ne peuvent joindre les deux bouts. Parmi les slogans des manifestants il y avait : « Jovenel augmente l’essence et pas nos salaires ! », « À bas la bourgeoisie ! »

D’ailleurs, à Port-au-Prince les manifestants ont pris d’abord pour cibles des sites représentant les nantis : des banques, des hôtels de prestige ont été attaqués. Les véhicules ont été incendiés dans les parkings. Les supermarchés ont été pris d’assaut et dévalisés pour récupérer les denrées nécessaires.

La police a peu réagi, faute de moyens, ont dit certains chefs. Mais d’autres policiers de base ont été des soutiens passifs par leur absence de réaction. L’augmentation du coût de la vie touche aussi leur famille.

Alors que le ministre de l’Industrie avait annoncé la hausse des prix le vendredi, devant l’ampleur de la réaction de la population pauvre, le Premier ministre a été contraint d’annoncer samedi matin que la mesure d’augmentation des tarifs était suspendue jusqu’à nouvel ordre. Cela n’a pas arrêté la colère des habitants mobilisés, qui ont continué à ériger des barricades et à maintenir le blocage de la capitale et des communes environnantes comme Pétionville. Les slogans ont appelé à la démission de Jovenel Moïse et à l’augmentation du salaire minimum journalier.

Dimanche matin, Jovenel Moïse est venu pleurnicher sur les ondes, s’étonnant que la population ne veuille plus de lui malgré tout ce qu’il a fait pour elle. Mais les pauvres, les travailleurs, les marchandes de rue ne sont pas dupes : Jovenel Moïse a beaucoup donné aux riches, aux banquiers, aux patrons du tourisme, aux grands propriétaires terriens, aux patrons d’entreprises et aux grandes familles bourgeoises qui dirigent le pays. Rien n’a été donné aux pauvres ou aux travailleurs.

Les partis politiques opposés à Jovenel courent après le mouvement, proposant des réunions, des mots d’ordre. Ils cherchent à reprendre en main le mouvement pour l’utiliser dans leurs intérêts de politiciens. Pour le moment les émeutiers s’en passent ; espérons qu’ils trouveront les ressources pour garder le contrôle de leur mouvement, pour défendre leurs propres intérêts, celui de la population pauvre et des travailleurs.

Julio Cenillier