Pensions de réversion : baisse en préparation

27 Juin 2018

Lors d’un interview à la radio dimanche 24 juin, Bruno Le Maire a fait planer de nouvelles menaces sur le niveau des pensions de réversion. Sans rien délivrer de précis, il a répété l’argumentaire éculé de tous les gouvernements successifs qui se préparent à baisser le niveau des retraites en parlant de rendre les pensions plus justes, et « qui aillent aux personnes qui en ont réellement besoin. »

Comme si c’était un luxe pour les 4,4 millions de personnes touchant aujourd’hui une pension de réversion suite au décès de leur conjoint. Ce sont à 90 % des femmes dont le montant des retraites est souvent faible. Et plus d’un million de ceux qui en bénéficient n’ont pas de retraite propre.

Du coup, le ministre de l’Économie s’est voulu rassurant : « Ce qui me choquerait, c’est que les veuves n’aient pas les moyens de vivre dignement dans ce pays. » Comme si ce n’était pas déjà le cas aujourd’hui dans les milieux populaires ! La ministre de la Santé, qui portera la réforme des retraites, en a rajouté dans la même veine devant le Sénat en parlant d’harmoniser, de gommer les injustices.

Mais on sait d’avance ce que cela peut signifier concrètement : un alignement vers le bas du pourcentage perçu de la pension du défunt, un abaissement des plafonds de ressources pour pouvoir en bénéficier ; des conditions plus strictes pour l’obtenir avec une durée minimum de mariage plus longue ou encore un relèvement de l’âge exigé pour la percevoir.

Avec la réforme des retraites en préparation, le gouvernement s’apprête à réduire les pensions qui, pour beaucoup, sont déjà bien insuffisantes et permettent à peine de vivre correctement.

Gilles BOTI