Succès du 12 juin et manœuvres syndicales

13 Juin 2018

Les 12 et 13 juin, la grève des cheminots tenait toujours bon, après deux mois et demi. Le 12 juin, baptisé « journée de la colère cheminote », la participation à la grève remontait partout. Hormis la journée du 14 mai, « journée sans cheminot » qui avait retrouvé de façon exceptionnelle les chiffres du début de la grève, c’était la plus importante journée depuis plusieurs semaines.

D’après les chiffres de la direction de la SNCF, alors que le pourcentage de grévistes, tous collèges confondus, oscillait entre 13,7 % et 15,5 % depuis un mois, il est remonté à 17,7 %. Il était de 26,6 % à l’exécution, de 53,4 % chez les conducteurs, et de 45,5 % chez les contrôleurs, partout en progression sur les précédentes journées. La participation aux assemblées progressait elle aussi, même si seule une minorité de grévistes y participe.

La poursuite de la grève a tout d’abord une signification politique : l’opération de diversion autour de la reprise par l’État de 35 milliards de dette ou au sujet des amendements du Sénat a fait chou blanc. Et pour cause : le transfert des cheminots au privé, sous menace de licenciement, est confirmé. Le droit au retour à la SNCF dans un délai de trois à huit ans ne serait possible qu’en cas de poste vacant, c’est-à-dire au bon vouloir de la SNCF, certainement pas des cheminots.

D’autre part, pas plus que celui de l’Assemblée, le vote du pacte ferroviaire par le Sénat n’a démobilisé les grévistes : qui attendait autre chose de ces assemblées de notables, grassement payés et férocement antiouvriers ? Dans de nombreuses assemblées, ils évoquaient déjà la poursuite de la grève après le 28 juin, dernier jour du calendrier décidé par l’intersyndicale. Et la journée du 12 a été marquée par des manifestations et des actions souvent dynamiques.

Début de lâchage de la CFDT ?

Dans l’après-midi du 12 juin la CFDT cheminots, surtout présente chez les agents de conduite, annonçait qu’elle appelait « les cheminots à assurer le service des trains du quotidien pour les dates du 18 et 22 juin 2018 afin de permettre le bon acheminement des lycéens sur leurs lieux d’examen » et donc à suspendre la grève dans les RER et TER pendant la semaine du baccalauréat.

Si la CFDT n’annonce donc pas encore son retrait du mouvement, c’est évidemment un pas dans cette direction. En effet, la responsabilité vis-à-vis des lycéens est pure mauvaise foi. Tout d’abord parce que Pepy, le PDG de la SNCF, s’est fait fort d’assurer, sans avoir besoin du renfort de la CFDT, que « chaque lycéen arriverait à l’heure » avec son plan « SNCF Exam ». Alors qu’il s’en débrouille ! Et surtout, c’est entièrement le gouvernement qui porte la responsabilité de la grève, en aucun cas les cheminots qui ne font que défendre leurs emplois et leurs conditions de travail !

En fait, le bac n’est qu’un prétexte pour la CFDT. Son souci est d’amorcer son retrait sans se mettre en porte-à-faux vis-à-vis des grévistes et de son propre milieu, alors que le pacte ferroviaire est unanimement refusé par les cheminots. Et dans le même communiqué, elle est obligée de reconnaître que « ni le patronat ni la direction de la SNCF […] n’ont rien proposé à ce jour de nature à faire cesser les mouvements. »

Manoeuvres syndicales

L’absence de concessions justifiant une sortie de grève est d’ailleurs le souci de l’ensemble des directions syndicales. Rien n’a été concédé sur le pacte ferroviaire. Elles réclamaient que soient abordées simultanément les négociations pour la convention collective du ferroviaire, mais cela n’a pas été le cas, le patronat du secteur préférant jouer la montre et ne pas dévoiler ses projets pendant la grève. Elles ont ensuite demandé que le gouvernement s’engage et pilote les négociations qui doivent s’ouvrir vendredi 15 juin avec l’UTP, le patronat du ferroviaire, mais il ne s’est engagé qu’à dépêcher un observateur pour cette « ultime réunion tripartite » selon les mots de la ministre, Élisabeth Borne.

L’intersyndicale devait donc se réunir à nouveau le 13 juin. Quels que soient les calculs d’appareils, c’est l’unité et la détermination des grévistes qui seront vitales pour l’avenir du mouvement. Et le succès du 12 juin montre qu’il est bien vivant !

Christian BERNAC