Bolloré et la mairie de Paris : pile tu perds, face je gagne

13 Juin 2018

Le groupe Bolloré exige de la mairie de Paris et des communes avoisinantes la somme de 40 millions par an pour éponger le déficit d’Autolib, le service d’autopartage de voitures électriques dont il est l’exploitant.

En 2011, le maire socialiste de Paris Bertrand Delanoë avait lancé en fanfare ce nouveau moyen de locomotion, présenté comme écologique et peu onéreux pour les municipalités. Celles-ci avaient consacré une soixantaine de millions d’euros à installer les stations électriques, tandis que Bolloré apportait 200 millions dans l’affaire. Une clause du contrat prévoyait que l’industriel ne prendrait en charge que 60 millions de perte ; au-delà, cela resterait à la charge des municipalités.

L’affaire se révélant un fiasco du point de vue financier, Bolloré réclame maintenant ce qu’il considère être son dû. La maire de Paris, Anne Hidalgo, essaie de son côté de revoir l’ardoise à la baisse. Elle fait valoir que les voitures sont mal entretenues et que cela explique en partie leur faible succès. Elle envisagerait même de changer d’exploitant avant l’échéance du contrat, qui interviendra en 2023. PSA se serait mis sur les rangs.

Mais, en attendant qu’un concurrent lui souffle peut-être le marché, Bolloré entend bien continuer de se remplir les poches aux frais des contribuables franciliens.

A.U.