Zebra – Bezons : contre les licenciements, pour le respect des droits

06 Juin 2018

Lundi 4 juin, dès la prise de service, un peu avant 7 heures, il y avait de l’ambiance devant l’entreprise Zebra applications spécialisée dans le marquage routier, à Bezons.

En effet, la moitié des ouvriers ont fait grève ce jour-là pour affirmer leur opposition au licenciement de six de leurs camarades sur les 27 ouvriers de l’entreprise, et les soutenir. Ils étaient là avec des pancartes, des tracts et des slogans pour faire connaître leurs revendications.

Pour justifier sa décision, la direction invoque des difficultés économiques, difficiles à croire car il y a toujours autant de travail. Le dernier rapport du commissaire aux comptes date de l’exercice 2015 et d’ailleurs, à l’époque, ce commissaire avait jugé que les comptes ne semblaient ni réguliers ni sincères.

En revanche, tous sont bien conscients que les licenciements sont ciblés et ne visent que des ouvriers connus pour leur opinion syndicale CGT et surtout ceux qui ont décidé de ne plus se laisser faire et de réclamer leur dû. En effet, l’entreprise faisait travailler 40 heures par semaine mais n’en payait que 35. Les travailleurs réclament depuis des mois un rattrapage des sommes non versées, sans réponse du patron.

Avec le soutien de militants des unions locales d’Argenteuil et Bezons, les travailleurs se sont rassemblés devant l’entreprise pour se faire entendre et faire connaître les pratiques de leur employeur. Ils ont reçu la visite de la presse et de la conseillère départementale de la circonscription, à qui ils ont fait remarquer que leur patron flouait aussi la Sécurité sociale, l’État et sans doute les collectivités locales, mais que pour l’instant seuls les ouvriers s’opposent à ses agissements peu scrupuleux.

Tout au long de la journée, les travailleurs de Zebra mobilisés ont soutenu et accompagné tous ceux qui étaient convoqués à un entretien préalable. Cette action réussie est un encouragement à continuer à défendre ses droits, en s’adressant au reste des camarades de travail, en informant les collectivités qui emploient Zebra et bien sûr le tribunal.

Correspondant LO