NTN-SNR – Annecy : la fête au patron

06 Juin 2018

NTN-SNR, dans l’agglomération d’Annecy, en Haute-Savoie, c’est 2 850 salariés, répartis sur cinq usines où ils conçoivent et fabriquent tous types de roulements.

Depuis des mois, à grand renfort de communication, la direction préparait sa fête du centenaire de l’entreprise. Le clou de l’événement devait être les 1er et 2 juin, mais plus de 500 ouvriers en ont décidé autrement en faisant grève jeudi 31 mai.

Les salaires à NTN-SNR sont particulièrement faibles en comparaison avec les autres entreprises de la métallurgie locale. En mai, les rituelles négociations annuelles s’étaient soldées comme d’habitude par des miettes, alors que cette année 12,7 millions d’euros sont versés en dividendes par SNR à la maison mère : la multinationale NTN Corporation, basée au Japon.

Vendredi 24 mai, l’annonce, d’une prime d’intéressement semestrielle de 122 euros a été ressentie comme une provocation et a mis le feu aux poudres, car chacun sait que à elles seules, les festivités du centenaire coûteront plusieurs centaines de milliers d’euros. Sur tous les sites, nombre de travailleurs disaient en avoir assez de toujours plus d’efforts, de productivité… pour moins de rémunération. Et cette colère était même renforcée par les tout nouveaux embauchés à qui la direction avait fait miroiter des primes de rêve.

Les délégués furent donc vite interpellés dans les ateliers. Le lundi 28, les syndicats allèrent réclamer une prime exceptionnelle de 300 euros auprès de la direction, qui opposa un refus catégorique. Elle proposait seulement, pour gagner du temps, des discussions sur un nouveau mode de calcul de l’intéressement devant se traduire, seulement « si les résultats économiques étaient meilleurs », par une meilleure prime en… janvier 2019 !

Dès le lendemain matin, comprenant qu’elle ne réussirait pas à endormir toutes les organisations syndicales, la direction envoya précipitamment les grands chefs faire des réunions de secteur pour tenter de se justifier. La colère persistant, mercredi 30 mai, les directeurs revenaient à la charge en désignant comme responsables les syndicats signataires de l’accord d’intéressement… Un comble ! Mais la direction démontrait ainsi sa crainte. Car cette critique de l’accord, encensé il y a moins d’un an, montrait qu’un mensonge chassait le précédent.

La proposition de CGT et SUD d’une grève de 2 h minimum le jeudi 31 mai avec un rassemblement central a été accueillie par beaucoup d’ouvriers avec enthousiasme. Par exemple, sur l’usine de Seynod, depuis des semaines déjà des groupes de travailleurs discutaient de comment réagir. Certains, comme sur l’usine d’Argonay, décidaient même de faire grève toute la journée. Et devant la force du mécontentement, FO se joignait à l’appel à la grève.

Jeudi 31 mai, plusieurs centaines de travailleurs se sont donc retrouvés devant la direction générale à Annecy. Il y avait en tout plus de 500 grévistes.

Au grand dam de la direction, cette réaction a eu un large écho dans les médias. Depuis neuf ans, il n’y avait pas eu de mouvement aussi massif. Et cela a renforcé le moral de centaines de travailleurs, fiers d’avoir su surmonter les pressions, les divisions entre sites et horaires différents et ainsi de se faire respecter ! Cela comptera pour s’opposer aux prochains mauvais coups.

Correspondant LO