Anovo – Brive : non aux licenciements

06 Juin 2018

L’annonce a été faite en CCE aux délégués du personnel le 29 mai, et le 30 aux salariés sur le site Anovo de Brive, en Corrèze : 95 emplois vont être supprimés sur 182.

Il y a déjà eu 117 licenciements en 2011 et 13 en 2015 rien que sur le site de Brive. Plusieurs travailleurs sont allés vider leur sac à la direction locale le 30 mai lors du Comité d’entreprise, et ne comptent pas en rester là.

Orange a voulu renégocier son contrat de réparation de matériel à la baisse, et Ingram, qui a racheté Anovo en 2O15, a refusé cette proposition. Anovo a quatre sites en France : Beauvais, Montauban, Brive et Saint-Augustin, et d’autres en Europe et en Amérique latine. Le groupe est spécialisé dans la réparation, le reconditionnement et la logistique des produits de télécommunication fixe et mobile.

En 2011, le fonds d’investissement Butler Capital a racheté Anovo après un plan de licenciements de 1 000 travailleurs sur tout le groupe, dont plus de 300 en France. Après avoir déboursé à peine plus de 20 millions pour cette acquisition, il l’a revendue à Ingram Micro pour 110 millions en 2015 ! Anovo emploie 5 100 travailleurs répartis dans onze pays et avait réalisé un chiffre d'affaires de 350 millions d'euros en 2014.

Cela ne l’empêche pas de vouloir licencier 95 salariés à Brive et de boucler son plan de licenciements d’ici fin septembre.

L’argent coule à flots dans les poches des actionnaires d’Ingram, d’Orange et d’Anovo. Ce n’est pas aux travailleurs de payer leurs combines.

Correspondant LO