Nos lecteurs écrivent : Coup de chaud chez Grand Frais

30 Mai 2018

Comme à toutes les périodes de fêtes, le ramadan est synonyme d’un renforcement de l’exploitation pour nombre de travailleurs de la grande distribution. Le supermarché Grand Frais d’Échirolles, en banlieue de Grenoble, ne fait pas exception.

Ce magasin appartient à un puissant groupe réalisant plus d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires et qui a ouvert en quelques années des dizaines de magasins dédiés aux produits frais dans les grandes villes. Les six semaines avant et pendant le ramadan entraînent une surcharge de travail importante pour la quarantaine d’employés.

« Deux dimanches matin d’affilée les chiffres de vente ont été d’abord doublés, puis triplés pour certains rayons. Dans celui où je travaille, on a même battu le record du magasin ! Mais évidemment, malgré nos demandes répétées, il est hors de question d’embaucher pour nous aider dans cette période particulièrement chargée. Pourtant, l’enseigne reçoit régulièrement des CV de travailleurs cherchant un emploi.

Ce refus de la direction n’est pas étonnant, quand on sait qu’une bonne partie du salaire des responsables est constituée d’une prime calculée sur le bénéfice de leur rayon. Ils ont donc tout intérêt à faire travailler un minimum de personnes pour un maximum de ventes, car ils peuvent ainsi espérer doubler leur salaire. Et surtout le système Grand Frais, qui utilise toutes les ficelles de gestion à la mode, comme la division de ses magasins en secteurs qui sont autant de micro-entreprises et de moyens d’empêcher que les travailleurs s’organisent, est une véritable machine à cash pour ses actionnaires.

Mais pour nous, qui sommes le plus souvent payés au smic, ce n’est pas la même histoire.

Nous devons tenir et organiser les approvisionnements, avec des heures supplémentaires imposées, pas toujours payées, et une cadence souvent infernale. Les semaines de 44 voire 48 heures ne sont pas rares et nous découvrons régulièrement des heures ajoutées à nos plannings sans avoir été consultés. Et la dernière innovation de Grand Frais ce sont les promotions de dernière minute, reçues à 19 h 30, alors que la journée est terminée. Il faut alors rester pour mettre les prix à jour et faire l’affichage, pour que tout soit prêt pour le lendemain à l’ouverture du magasin. Et cela c’est du bénévolat !

Autre conséquence de taille : les règles d’hygiène ne sont plus respectées. Par exemple, nous n’avons plus le temps de renouveler les bacs des aliments vendus en vrac comme il le faudrait. Des aliments peuvent donc rester en fond de bac pendant plusieurs semaines.

C’est donc sur notre dos, et sur celui des travailleurs venus faire leurs courses, que Grand Frais se sucre. Et, en période de ramadan, il a la main lourde. »

Un lecteur de Grenoble