Manifestation : le monde selon Collomb

30 Mai 2018

Après la manifestation du 26 mai, le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, a déclaré : « Si on veut garder, demain, le droit de manifester, qui est une liberté fondamentale, il faut que les personnes qui veulent exprimer leur opinion puissent aussi s’opposer aux casseurs et ne pas, par leur passivité, être, d’un certain point de vue, complices de ce qui se passe. »

Le monde de Collomb est très simple : les migrants sont des terroristes en puissance, les jeunes sont des casseurs, les manifestants sont des lâches ou des complices des casseurs. On est prié de rentrer dans le rang sous peine de se voir interdit de défilé.

Le ministre de l’Intérieur affectionne les déclarations provocatrices. C’est sa façon de soigner son personnage de « premier flic de France » et cela peut payer auprès d’électeurs très à droite.

Sylvie MARÉCHAL