Cannes : derrière les paillettes

16 Mai 2018

Samedi 12 mai, le Festival de Cannes a connu une montée des marches pour une fois sans tralala. Quatre-vingt-deux femmes, dont la réalisatrice Agnès Varda et l’actrice Cate Blanchett, ont tenu à dénoncer l’inégalité entre les sexes qui règne dans le milieu cinématographique.

L’affaire Weinstein avait déjà révélé le harcèlement sexuel que subissaient des actrices ou autres femmes de la part de grands noms du cinéma. Les manifestantes, elles, ont voulu dévoiler que le mépris envers les femmes va plus loin. Depuis la création du Festival en 1946, 82 femmes seulement ont été nominées, pour 1 688 hommes et, dans l’attribution de la palme d’or, la proportion est encore plus grande puisque seulement deux femmes l’ont reçue, contre 71 hommes.

Mais leur dénonciation va bien au-delà de l’inégalité des honneurs entre quelques vedettes, puisque c’est au nom de tous les travailleurs des métiers du cinéma, à commencer par les plus obscurs, qu’elles ont mis en cause l’inégalité salariale qui règne entre les hommes et les femmes.

Cette année, elles se sont exprimées sur le tapis rouge. À quand en brandissant le drapeau rouge ?

M.L.