Attentat à Paris : la barbarie et ceux qui l’entretiennent

16 Mai 2018

L’attentat de samedi 12 mai à Paris, qui a été revendiqué par l’organisation État islamique, s’ajoute à la liste des attentats aveugles, le treizième en France depuis 2015, qui ont touché plusieurs pays européens.

La droite et l’extrême droite s’en sont saisies aussitôt pour faire de la surenchère sécuritaire et attaquer le gouvernement, lui reprochant son inaction. Le gouvernement de son côté s’en est défendu. Et, une fois de plus, les médias passent en boucle des interviews de prétendus spécialistes discutant doctement de la meilleure manière de déradicaliser ceux qui sont attirés par les groupes djihadistes.

Ces attentats sont des actes barbares. Mais d’où vient cette barbarie ? Sur cette question, de Macron à Le Pen, tous font volontairement le silence. Et pour cause, car elle trouve son origine dans les guerres incessantes menées par les pays impérialistes, aux quatre coins du monde et en particulier au Moyen-Orient.

Les États impérialistes interviennent depuis des décennies, directement ou indirectement, en s’appuyant sur les puissances régionales à leur service comme, au Moyen-Orient, l’Arabie saoudite ou Israël. Ils ont ainsi mis à feu et à sang l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, la Syrie. Et le chaos ne cesse de s’étendre, du Mali à l’Indonésie.

C’est cette guerre sans fin, menée par les puissances impérialistes pour tenter de contrôler les richesses de ces régions et maintenir leur domination, qui a fabriqué et continue de fabriquer le terrorisme. C’est l’impérialisme qui, en détruisant des pays entiers, en écrasant des peuples, fait naître des générations qui ne voient pas d’autre issue que de rejoindre les rangs de groupes djihadistes, et se leurrent en pensant venger de cette manière ceux qui meurent sous les bombes occidentales.

Ces mêmes dirigeants impérialistes n’hésitent même pas à fabriquer ou à entretenir directement ces groupes, les finançant et les armant pour s’en servir en les jouant les uns contre les autres ou contre les régimes qui ne leur plaisent pas.

Ces attentats, qu’ils soient commis par des individus isolés ou non, sont le retour de bâton des guerres dont est victime la population, au Moyen-Orient et ailleurs, pour maintenir la domination du système impérialiste sur le monde.

Aline RETESSE