Logement : bonimenteur comme un ministre

08 Mai 2018

C’était une mauvaise politique, a déclaré dimanche 6 mai le secrétaire d’État chargé du Logement, Julien Denormandie, à propos de la baisse des APL de cinq euros par mois annoncée à l’été 2017. Et d’ajouter, presque les larmes aux yeux, que « désormais, toutes les personnes qui sont aux APL ne seront en rien impactées par la réforme du logement social ».

Mais, en septembre 2017, le même avait déjà déclaré qu’« aucun allocataire des APL ne perdra un euro ». Or la refonte des APL mise en place juste après le coup de rabot des cinq euros a entraîné pour les locataires d’HLM une baisse de ces allocations de 50 à 70 euros par mois. Le gouvernement a demandé aux organismes HLM de la compenser par une diminution des loyers. Mais ce sont bien les locataires qui paient ce trou dans le budget des organismes HLM. Pour tenter de rétablir leur situation financière, ceux-ci annulent des opérations de rénovation et d’entretien et gèlent des projets de construction de nouveaux logements.

Jeune secrétaire d’État, Denormandie apprend son métier. Mais sa spécialité n’est pas le logement ou la cohésion des territoires. C’est de faire des phrases pour faire avaler la pilule de chaque attaque contre les couches populaires.

P.R.