Air France : référendum patronal, revendications salariales

02 Mai 2018

À l’approche du 4 mai, dernier jour du référendum organisé par la direction d’Air France – pour ou contre 2 % seulement d’augmentation, avec 5 % maximum sur trois ans et une clause antigrève – celle-ci s’est faite discrète.

Et pour cause : elle savait que beaucoup de ses salariés, qu’ils aient fait grève ou pas pour réclamer 6 % de hausse de salaire, rejetaient ses propositions.

Depuis plus de trois mois, son PDG pleure misère malgré plus de deux milliards de bénéfices, tout en cachant que son conseil d’administration s’est augmenté de 28 %. Il a prétendu qu’il comprenait le personnel, mais ne pouvait lui accorder que 1 %. Puis, aidé en cela par les grèves, il a « découvert » que ce qu’il disait être un maximum pouvait doubler. Mais cela ne faisait toujours pas le compte. Il a alors cherché, sans succès, à faire avaliser ses propositions par des membres de l’intersyndicale. Et quand il a déclaré « C’est ça ou je démissionne », cela n’a pas ému grand monde.

Air France est un des premiers annonceurs publicitaires du pays et les médias, déjà rarement favorables aux grèves, n’ont rien à lui refuser. Alors, depuis des jours, on entend des chroniqueurs expliquer à tour de rôle que les grévistes d’Air France menacent sa survie, que le moment est mal choisi pour faire grève. La direction de la compagnie ne dit pas autre chose. Là, elle le fait dire par d’autres, ce qui peut pousser des salariés hésitants dans le sens qu’elle veut. Cela s’ajoute aux pressions qu’exerce sa hiérarchie.

Si cela ne suffit pas, il reste la division. Depuis des semaines, journalistes et commentateurs jouent des catégories de personnel les unes contre les autres, en ciblant les pilotes, qu’ils présentent comme des privilégiés du fait de leurs salaires.

Sur ce terrain, Air France a reçu le renfort de la CGC, à laquelle adhère une partie du haut encadrement, et de la CFDT, qui multiplie les tracts contre les pilotes, mais sans que ses militants se hasardent trop à les diffuser dans les ateliers, de crainte de se faire prendre à partie.

Quel que soit le résultat de ce référendum, une chose est certaine : des mécanos-avions aux hôtesses, des bagagistes aux pilotes et aux employés du fret, les raisons de réclamer 6 % de rattrapage salarial n’auront pas changé. Ni le moyen de les obtenir : la grève !

Correspondant LO