La vieille ficelle de la division

18 Avril 2018

Pour tenter de ne rien céder à tous ses salariés, la direction d’Air France cherche à les diviser entre leurs différentes professions. Et cela se voit quand certains médias se mettent à insister sur ce que gagnent les pilotes, particulièrement mobilisés dans ces grèves, dans le seul but de les présenter comme des privilégiés.

Bien sûr, ces médias se gardent de préciser que le salaire de départ d’un pilote à Air France est inférieur à ce qu’il est dans d’autres grandes compagnies, telles KLM ou Lufthansa ; et qu’il n’atteint même pas la moitié de celui des dirigeants de la compagnie qui, eux, n’ont pas la responsabilité de faire décoller et se poser en toute sécurité d’énormes engins avec des centaines de passagers à bord.

Quant aux salaires de mécaniciens-avion à 1 400 euros après des années d’ancienneté, et à ceux des hôtesses et stewards qui démarrent avec guère plus que le smic de base, ni la direction d’Air France ni les télés et radios n’en parlent.

Ce sont pourtant là des raisons supplémentaires de faire grève pour 6 % d’augmentation.

Correspondants LO