Intéressement : intéressant pour les patrons

18 Avril 2018

Pour tenter de renforcer un peu son image de président qui se préoccupe du sort des salariés, Macron a ressorti la vieille lune de l’intéressement.

Il a annoncé la suppression du forfait social, une taxe de 20 % payée par les entreprises de moins de 250 personnes qui versent de l’intéressement à leurs salariés. Aujourd’hui, seulement 16 % des entreprises de moins de 50 salariés et 22 % de celles qui en comptent entre 50 et 250 versent de l’intéressement.

Cette mesure ne devrait donc pas concerner beaucoup de travailleurs, et de toute façon, elle dépend de ce que décideront les patrons de ces entreprises. Cela a suffi pour que la Confédération des petites et moyennes entreprises applaudisse à ce « formidable outil de motivation, d’implication et de fidélisation des salariés ». Quant au porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, il a poussé l’optimisme jusqu’à prédire que l’intéressement représentera pour les salariés un treizième mois.

La mesure proposée par Macron n’est que de la poudre aux yeux. Mais elle est bien à l’image de la politique du gouvernement : quelle que soit la justification invoquée, ce que Macron a annoncé est encore une suppression d’un impôt en faveur du patronat.

Vincent GELAS