Fonction publique : faire reculer l’État-patron

11 Avril 2018

Le 22 mars a été une journée de mobilisation réussie au sein de la fonction publique. Des hospitaliers, des enseignants, des territoriaux se sont retrouvés côte à côte avec des cheminots mais aussi des salariés du privé. Les syndicats de fonctionnaires appellent à une nouvelle journée d’action le 22 mai.

Au fur et à mesure des réformes imposées par les gouvernements successifs, non seulement les conditions de travail des salariés du public se sont dégradées, mais il est de plus en plus difficile pour les usagers, et en particulier les plus pauvres, de se faire soigner, de trouver des interlocuteurs pour un problème concernant les impôts, la retraite, d’être sûrs que les enfants puissent suivre une scolarité dans de bonnes conditions. Le plan actuel du gouvernement, Action publique 2022, dont l’ambition est d’économiser 4,5 milliards chaque année à partir de 2022, ne risque pas d’arranger les conditions de travail des salariés, ni l’accès de la population aux services publics.

À la suite de la journée d’action à laquelle appelaient quasiment tous les syndicats de la fonction publique et qui a été bien suivie dans tout le pays, le gouvernement a tout juste fourni un calendrier de discussions.

Alors, dès le 19 avril, les salariés de la fonction publique auront tout intérêt à profiter de cette nouvelle journée d’action pour faire entendre leurs exigences..

I. R.