Même travail, mêmes droits, même combat !

28 Mars 2018

Le 22 mars, les travailleurs du rail défilaient côte à côte, qu’ils soient « au statut » ou contractuels.

D’ores et déjà, plus de 10 % de l’effectif de la SNCF est hors statut et 30 % des nouveaux embauchés le sont avec des contrats de droit privé. Et, bien évidemment, les conditions d’emploi des contractuels se sont dégradées au fil du temps, avec par exemple des annexes au contrat de travail de plus en plus défavorables.

Quand un service ferme, la direction envisage de licencier les contractuels. Cela est le cas par exemple pour les ateliers de Périgueux et de Saintes. Le déroulement de carrière, les salaires et les conditions de départ à la retraite sont aussi bien inférieurs pour les travailleurs du rail relevant du droit privé.

Dans les jours et les semaines à venir, cheminots au statut et contractuels vont de nouveau se retrouver ensemble à faire grève et à manifester. Parce qu’au-delà des attaques inacceptables prévues par Macron contre les cheminots au statut, le problème se pose, pour tous, de défendre les conditions d’existence, les emplois, les salaires.

T.C.