Le retour de Valls : carrière et préjugés

28 Mars 2018

L’attentat de Carcassonne, s’il a soulevé l’émotion générale, a fait au moins un heureux en la personne de Manuel Valls.

Il a en effet enchaîné une série d’émissions de télévision, de radio et d’interviews dans les journaux. L’ex-Premier ministre a pu s’y répandre en insanités policières, demandes de répression, exigences d’internement administratif de milliers de personnes, mise en place d’une police de la pensée et de la religion.

Les mesures que Valls affecte de mettre en avant n’ont aucun sens et, a fortiori, n’auraient aucune efficacité. Lui-même le disait lorsqu’il était aux affaires et que la droite et l’extrême droite les agitaient dans l’opinion. Mais voilà, ce politicien déconsidéré a besoin de faire parler de lui par tous les moyens.

Ce revenant menaçant d’exterminer les ennemis de la France pourrait n’être que lamentable. Mais, pour le plaisir d’avoir sa photo en première page, dans le misérable espoir de relancer sa carrière, Valls attise les préjugés racistes, demande la restriction des libertés et les pleins pouvoirs à la police, justifie et encourage les exactions contre les populations, au Moyen Orient aujourd’hui, ici même demain.

Que reste-t-il à ce politicien venu de la gauche, sinon tenter une nouvelle vie avec les mots et la politique de l’extrême droite ?

Paul GALOIS