Angers : grève contre le plan d’économies

28 Mars 2018

Jeudi 22 mars, les salariés du CHU d’Angers ont une nouvelle fois manifesté leur colère contre les mesures gouvernementales, avec les autres travailleurs du public. Mais aussi contre celles qui visent plus particulièrement l’établissement : suppressions de postes et de lits, restructurations concoctées par la direction au nom d’un déficit budgétaire.

Mardi 23 janvier déjà, lors de la cérémonie des vœux du maire, 300 salariés avaient protesté et empêché les discours à coups de slogans et de chansons. Face à cette mobilisation déterminée, la direction du CHU avait très vite remballé ses bouteilles, ses galettes, et quelques jours plus tard le projet sur les congés d’été, qui avait mis le feu aux poudres.

Mais, sur l’essentiel la direction ne fait pas mine de reculer. Jeudi 29 mars, au comité technique d’établissement (CTE), elle devait l’exposer en détail : fermeture de lits, changement de plannings, polyvalence imposée. Il faudrait s’habituer à travailler encore plus vite !

Le 22 mars, le nombre de grévistes était donc beaucoup plus fort que d’habitude, y compris dans la catégorie des médecins. Plusieurs centaines de salariés ont manifesté le matin et 350 étaient présents l’après-midi en assemblée générale, à l’appel de la CGT, FO et SUD pour discuter de la suite du mouvement.

Sans attendre, ils sont allés interpeller la direction, ils ont envahi la salle du conseil d’administration et ont décidé à l’unanimité deux nouvelles journées de grève pour les 29 et 30 mars, dates où se réunissent le CTE et le conseil de surveillance. Son plan désastreux, il faut le faire capoter !

Correspondant LO