Les retraites mises à mal par le système de décote

21 Mars 2018

Bien que les retraites ne soient pas encore la cible du gouvernement avec la mise en œuvre du rapport Spinetta, elles sont présentées comme constituant l’un des principaux « privilèges » des cheminots. Pourtant, de réforme en réforme, elles ont déjà été bien amputées.

Pour les cheminots, comme pour les fonctionnaires, ce sont les six derniers mois de salaire avant la retraite qui servent de base de calcul de la retraite, avec l’intégration des trois meilleures années de prime traction (prime de travail) pour les conducteurs. C’est un système plus favorable que celui du régime général, qui calcule la retraite à partir des vingt-cinq meilleures années.

La grève de 1995 avait obligé Juppé à remballer sa réforme des retraites concernant la fonction publique et les régimes spéciaux (SNCF, RATP, EDF-GDF). Mais le gouvernement est repassé à l’attaque dès qu’il a pu. En 2003, il a imposé aux cheminots une augmentation progressive de deux ans de la durée de cotisation minimale, avec un système de décote pour tous ceux qui n’auraient pas cotisé assez longtemps au moment où ils atteindraient l’âge légal de départ en retraite.

La décote était de 5 % par an, ce qui signifiait que la pension était réduite de 5 % pour chaque année manquante avec un maximum de 2,5 années, et par conséquent une décote maximale de 12,5 %.

Les réformes suivantes, en 2007 et 2010, ont encore allongé la durée de cotisation minimale et repoussé l’âge où les cheminots pouvaient partir avec une retraite complète. Ils doivent actuellement cotiser 41,5 ans et seront bientôt alignés sur le régime général, soit 43 annuités. La décote pourra alors amputer les pensions de 25 % (cinq années à 5 %).

Ce système de décote est devenu un véritable tourment pour tous les cheminots qui approchent de la retraite. Les réflexions du type « Maintenant, je ne partirai pas avant au moins 62 ans. », ou bien « Vu que j’ai commencé à travailler tard, si je partais à l’heure actuelle, j’aurais une misère ! » se multiplient dans les ateliers et dans les gares. Tous font leur calcul pour savoir ce qu’ils perdraient en cas de départ avant le recouvrement du nombre de trimestres nécessaire pour ne pas subir la décote.

Pour beaucoup de cheminots au statut, le départ à 57 ou 52 ans (quand on est conducteur) est devenu un mythe ! Pour tous les autres travailleurs du rail, CDI, intérimaires, employés par la sous-traitance, il n’a jamais existé.

Correspondant LO