La Poste Gironde : les facteurs étendent leur grève

21 Mars 2018

À la suite de la journée de grève du 12 mars, suivie par près de 600 facteurs du département, plusieurs bureaux de poste de Gironde ont décidé de continuer la grève pour obtenir satisfaction sur leurs revendications, contre la « sacoche » et contre la « méridienne ».

Les facteurs se battent contre deux réorganisations que La Poste comptait appliquer en douce dans le département, bureau par bureau. La méridienne est une coupure d’au moins 45 minutes, qui n’est pas payée, qui repousse d’autant la fin de service et remplace une pause de 20 minutes payée. Quant à la sacoche, elle consiste à mettre toute la journée dehors les facteurs qui feront de la distribution, tandis que le tri sera confié à d’autres qui ne feront au bureau que cela. Dans les deux cas, ces réorganisations sont ressenties comme une dévalorisation et comme une dégradation inacceptables des conditions de travail, rejetées par la totalité des facteurs.

Depuis le 12 mars, le mouvement ne fait que prendre de l’ampleur. Le 13 mars, la grève a été reconduite par vingt facteurs dans deux bureaux, à Cenon et à Bastide. Les grévistes ont décidé d’aller voir les autres bureaux, à commencer par ceux qui s’étaient largement mobilisés le 12 mars. Le lendemain, mercredi 14 mars, cinq bureaux étaient en grève, et c’était huit le vendredi, parmi lesquels Bègles, Mériadeck, Lormont, Villenave-d’Ornon. Les délégations de facteurs en grève et la détermination affichée ont permis d’entraîner de nouveaux sites. Ainsi, lundi 19 mars et mardi 20 mars, Pessac, Talence, Léognan, La Réole, Langon, Blanquefort, Pauillac, Eysines et Lesparre avaient voté la grève de manière majoritaire. Mardi 20 mars, 19 sites, soit près du tiers des sites du département, étaient touchés par la grève, entraînant près de 200 facteurs.

Tous les jours, une partie des grévistes se retrouvent à Mériadeck pour faire le point et s’organiser pour la suite, se répartir sur les visites du lendemain.

À ce jour, la direction départementale de La Poste fait la sourde oreille aux revendications des grévistes. Pour faire croire aux usagers que la distribution a repris, elle a mis en place un centre parallèle où des cadres trient et distribuent à deux le courrier de la seule ville de Cenon, en voiture, alors que les facteurs le font à vélo. Elle n’a pas les moyens de casser la grève. Mais elle ne cédera que si elle voit que le mouvement prend encore de l’ampleur. Elle a de quoi s’inquiéter, car les facteurs de Gironde sont en colère et déterminés à ne pas lâcher. Leur mobilisation ne peut que trouver un écho dans d’autres départements.

Correspondant LO