LP Jacques-Brel – Choisy-le-Roi : contre la suppression d’un poste de CPE

14 Mars 2018

Jeudi 8 mars, les enseignants du lycée professionnel Jacques-Brel à Choisy-le-Roi, dans le Val-de-Marne, ont appris qu’un poste de conseiller principal d’éducation (CPE) sur les deux qui existent actuellement serait supprimé à la rentrée prochaine.

Pour tout le monde, ce serait une régression inacceptable. Les conditions de travail sont déjà plutôt difficiles et restent maîtrisées parce que tous, y compris les deux CPE, font beaucoup d’efforts pour maintenir un climat à peu près serein. Les enseignants les plus anciens dans l’établissement se souviennent de l’époque pas si lointaine où le lycée était considéré par tous ses élèves comme un lycée poubelle et où les actes d’incivilité et même de violence se multipliaient. Si la situation s’est ensuite améliorée, c’est grâce aux acquis de plusieurs grèves : construction de toilettes décentes puis reconstruction du lycée, classement en zone d’éducation prioritaire, dédoublements de classes, création de postes de surveillants… Alors, il n’est pas question de revenir en arrière et d’accepter qu’il n’y ait qu’un seul CPE pour 31 classes, ni que les actions de remobilisation des élèves en grande difficulté soit abandonnées.

Dès l’annonce, les enseignants se sont mobilisés et se sont réunis en assemblée générale à plusieurs reprises. La grande majorité d’entre eux et quelques élèves se sont retrouvés une première fois devant le rectorat. Mais ni le recteur ni aucun de ses adjoints n’ont accepté de les recevoir, affichant ainsi le mépris qu’ont ces gens pour l’éducation des jeunes des milieux populaires et pour leurs enseignants.

La mobilisation continue donc et en quelques jours une ambiance de solidarité et de combativité s’est établie.

Correspondant LO