Safran-Snecma – Gennevilliers : solidarité contre les sanctions

07 Mars 2018

À l’usine Safran-­Snecma – Gennevilliers, dans les Hauts-de-Seine, les sanctions se multiplient contre les travailleurs. L’un a eu un jour de mise à pied pour avoir répondu à sa hiérarchie. Le délégué qui l’accompagnait a été lui aussi sanctionné de trois jours de mise à pied, sa défense ayant déplu à la direction. Un premier débrayage s’en est suivi, rassemblant près de 70 travailleurs.

C’est maintenant au tour d’un autre d’être menacé de licenciement suite à une altercation. En effet, après trois semaines de mise à pied conservatoire, ce travailleur de 51 ans, avec 34 ans d’ancienneté, risque d’être mis à la porte.

Cela a provoqué un émoi dans l’usine : tout le monde parlait de l’affaire et ses collègues ont fait circuler spontanément une pétition pour empêcher son licenciement, qui a été signée par 400 personnes. Le 26 février, jour de son entretien, plus de 150 travailleurs débrayaient pour le soutenir et dire qu’ils ne voulaient pas de licenciement.

Le camarade menacé est encore en attente de la décision de la direction, mais cette solidarité l’entoure.

Correspondant LO