Hôpital Nord Franche-Comté – Trévenans : des personnes âgées à la Maternité

07 Mars 2018

Le syndicat des médecins urgentistes et la CGT du nouvel hôpital de Trévenans, dans le Territoire de Belfort, ont décidé de dénoncer dans la presse le scandale du manque chronique de lits.

Mercredi 28 février à midi, aux Urgences de l’hôpital Nord Franche-Comté (HNFC), trois dames très âgées patientaient, en silence, sur un lit, alignées dans un couloir. Des malades admis aux Urgences étaient en attente : vingt heures pour un homme, vingt-cinq heures, soit plus d’une journée, pour une dame. Il en est ainsi tous les jours, même en l’absence de crise sanitaire ou d’épidémie !

Chaque jour, 200 à 250 personnes sont admises, principalement des personnes âgées. Les lits manquent d’une façon chronique dans le nouvel hôpital, ouvert il y a un an.

Tout aussi préoccupante est l’hospitalisation de patients dans un service qui ne correspond pas à leurs pathologies. Le 9 février, la CGT a fait une « alerte danger grave et imminent » à la Maternité. Des personnes qui relevaient de la médecine, dont des patients souffrant d’Alzheimer et des personnes très âgées et agitées, ont été admises à la Maternité.

La direction parle de transformer seize lits de chirurgie en lits de médecine. Au final, il n’y aura toujours pas plus de lits. Depuis la fusion des sites de Belfort et Montbéliard, en 2000, l’hôpital a perdu 200 lits. Depuis le déménagement à l’HNFC, 50 ont encore été perdus. Tous ces patients paient ainsi au prix fort la politique d’économies menée par tous les gouvernements ces dernières années.

Correspondant LO