Carrefour : contre le plan Bompard

07 Mars 2018

Des milliers de salariés de Carrefour se sont rassemblés le 1er mars devant le siège France de la société à Massy dans l’Essonne et, au cours des jours précédents, dans de nombreux magasins du groupe.

Ainsi, malgré le froid et la neige, ils étaient plusieurs centaines à se retrouver au coude à coude avec les salariés du siège, avec la présence de salariés de Belgique. L’ambiance y était chaleureuse, fraternelle et festive, et la détermination à ne pas se laisser faire y était visible.

Dans de nombreux magasins, des rassemblements et des grèves ont été l’occasion de dénoncer les attaques de la direction, les suppressions d’emplois, l’augmentation des dividendes des actionnaires.

L’effectif étant déjà partout au plus bas, les suppressions d’emplois ne feront qu’aggraver une situation déjà intenable. Les salaires, déjà faibles, sont bloqués et l’intéressement et la participation ont été réduits au minimum.

Avec la menace pour de très nombreux magasins de passer en location gérance, les salariés, n’étant plus Carrefour, subiraient une baisse de plus de 200 euros de leur rémunération.

Cela n’a pas empêché la direction de renchérir en annonçant le 1er mars que les mauvais résultats de Carrefour, avec « une perte de 531 millions d’euros pour 2017 », justifiaient les mesures prévues. Autant dire que l’annonce était faite sur mesure pour justifier sa politique.

Les journées organisées ont souligné que les annonces de la direction ne passent pas et que plusieurs centaines de salariés sont déterminés à faire entendre leur opposition. C’est un premier pas et un encouragement pour leur lutte.

Correspondant LO