AXA : plein les coffres

07 Mars 2018

La société AXA, l’une des plus grosses, voire la plus grosse compagnie d’assurance mondiale avec 120 000 salariés, fait étalage de sa richesse : d’une part elle annonce un bénéfice de 6,21 milliards d’euros pour l’année 2017, en tête du CAC 40 avec BNP ; d’autre part elle vient de décider l’acquisition d’une autre compagnie, XL Group, pour 15,3 milliards de dollars (12 milliards d’euros). XL Group est basée aux Bermudes, l’un des plus profitables paradis fiscaux.

Déjà en 2006 AXA avait racheté pour 8,9 milliards d’euros l’assureur suisse Winterthur, et au fil des années il s’est payé plusieurs petites compagnies dans le monde.

AXA regorge donc d’argent. Malgré cela les marchés financiers ont fait grise mine devant la dernière opération, estimant que le prix promis est surévalué et qu’AXA risque de s’endetter. D’où une chute de 9,70 % de l’action AXA à la Bourse de Paris. Ce sera vraisemblablement un incident passager.

En tout cas, cette opulence n’empêche pas la direction d’AXA de se comporter comme n’importe quel patron : des centaines de suppressions de postes ont eu lieu ou ont été annoncées en 2017, certaines au siège, en France, et d’autres sont envisagées à l’échelle internationale.

Gavé de profits et créateur de chômage, c’est bien le patronat de notre époque.

André VICTOR