Sans-abri : recensés mais toujours à la rue !

28 Février 2018

Lors de la « nuit de solidarité », vendredi dernier, des bénévoles diligentés par la mairie de Paris ont recensé le nombre de sans-abri dans la capitale. Il y aurait au minimum 3 624 sans-abri à Paris, dont 2 025 dorment dans la rue, les autres trouvant refuge dans les lieux publics, des gares, le métro ou des parcs. Seules 672 personnes sont hébergées de manière très provisoire dans des gymnases.

De l’avis des bénévoles et des organisateurs du recensement, seules les personnes effectivement à la rue ont été dénombrées. Il faut ajouter toutes celles qui avaient trouvé refuge dans des parkings, des halls d’immeuble, dans des tentes.

Rien qu’à Paris, il manque au minimum 3 000 places d’hébergement d’urgence. Et les conséquences sont dramatiques. Le collectif des Morts de la rue a publié que depuis le 1er janvier, vingt personnes sont mortes en Île-de-France dont 12 à Paris.

Cette réalité inhumaine n’a pas empêché Julien Denormandie, secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des territoires, d’exprimer tout son mépris envers les pauvres en affirmant le 30 janvier au micro de France Inter que « c’est à peu près une cinquantaine d’hommes isolés en Île-de-France [qui dorment dehors], pour être très précis ».

Quant au recensement des logements vides qui pourraient permettre d’assurer un hébergement correct et durable à ceux qui en ont besoin, il a été fait depuis lontemps !

Mais pour autant, ni la mairie de Paris, ni le gouvernement n’envisagent la réquisition de ces logements vacants. Ce serait pourtant possible et indispensable.

Aline URBAIN