Cooperl-Lamballe : pas très ragoûtant !

28 Février 2018

Les malheurs pour la Cooperl, abattoir leader pour l’abattage de porcs en France, s’accumulent. L’usine de Goussainville, rachetée par la Cooperl l’an dernier, vient d’être dénoncée par un article de 60Millions de consommateurs pour la mise sur le marché de lots de jambons contaminés par la listéria.

Ces lots produits mi-janvier 2018 ont été vendus à de grandes enseignes de la distribution, Carrefour, Casino, Lidl, Monoprix. Si ceux-ci ont alerté leur clientèle en apposant des affichettes, la Cooperl s’en est dispensée. Bien que la direction reconnaisse la contamination, pour elle il n’y a pas lieu de communiquer puisqu’« il n’y pas eu de retour de personne malade à ce jour ».

Dans la même semaine, sur le site de l’abattoir de Lamballe la presse relevait un autre problème : du sang avait été déversé dans la rivière qui traverse la ville, et ce n’est pas la première fois. La direction reconnaît sa responsabilité, en déclarant : « nous avons une canalisation qui s’est bouchée et qui s’est déversée dans les eaux pluviales », mais elle a aussi cherché à la minimiser en ajoutant : « il faut très peu de sang pour colorer beaucoup d’eau » ! Mais si pour elle le problème semble mineur, pour les riverains comme pour les travailleurs chargés de l’entretien dans l’usine, c’est le réseau d’eaux usées vétuste et sous-dimensionné qui provoque régulièrement ces débordements.

Refaire une station d’épuration coûterait quelques millions d’euros mais pour les dirigeants de la Cooperl, pas question d’amputer les bénéfices pour empêcher la pollution. Pourtant les 13 millions d’euros de résultats en 2016 auraient largement suffi.

Correspondant LO