Écoles : les mensonges de Macron

21 Février 2018

Sarthe

Le directeur académique prévoit la fermeture de 42 classes sur le département, justifiant cela par la prétendue création de 37 classes. Gros mensonge, puisque 31 créations ne sont en fait que des dédoublements de classes pour les réseaux d’éducation prioritaire renforcés (REP +), mais sans professeurs supplémentaires. En réalité, il n’y aurait donc que six véritables ouvertures de classes pour compenser les 42 fermetures !

Le compte n’y est pas et instituteurs comme parents d’élèves sont en colère. La grève du jeudi 15 février a été largement suivie et près de 400 personnes ont manifesté, s’invitant bruyamment dans la cour de l’inspection d’académie.

Franche-Comté

L’inspection académique de Besançon a annoncé la dotation pour la rentrée prochaine : ce sera zéro poste supplémentaire ! Si le Doubs obtient quatorze postes supplémentaires et le Territoire de Belfort quatre, en revanche, le Jura en perd douze et la Haute-Saône six.

Il faudrait donc, avec zéro poste, élargir le dispositif de dédoublement des classes de CP aux CE1 dans les zones en REP+, assurer les remplacements des enseignants absents ou en formation, ouvrir des classes maternelle et de cours élémentaire partout où c’est nécessaire, maintenir le dispositif « plus de maîtres que de classes »… Pour mémoire, l’an dernier, la seule mesure de dédoublement des CP avait nécessité trente postes !

Allier

19 fermetures de classes sont prévues à la rentrée, dont 18 dans des écoles rurales. Cela a provoqué la colère des parents d’élèves : le 12 février, ils étaient rassemblés devant l’école de La Petite Marche, où une fermeture de classe est annoncée alors que les effectifs sont en hausse. Mais, apprenant que la réunion qui devait s’y tenir avait été déplacée à Montluçon, neuf mamans s’y sont rendues pour se retrouver face à un cordon policier !