Classes de CP : le bluff du dédoublement

21 Février 2018

Ces dernières semaines, la répartition des postes dans les écoles maternelles et primaires a été publiée, département par département. Les enseignants, les parents d’élèves et les syndicats dénoncent leur nombre insuffisant et se mobilisent localement.

Répondant aux critiques, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a déclaré qu’à la rentrée prochaine, « chaque département rural aura plus de professeurs par élève ». Le ministre joue malhonnêtement avec les chiffres.

Il est vrai que le nombre d’enfants en primaire devrait diminuer l’an prochain et que 3 880 créations de postes sont annoncées. Mais rien que pour couvrir les dédoublements des classes de CP et de CE1 dans les établissements classés en éducation prioritaire, il faudrait 6 400 postes.

Cette mesure de dédoublement, permettant de réduire de moitié le nombre d’enfants par professeur dans les classes concernées, est évidemment une bonne chose. Mais elle ne concerne qu’une petite minorité d’enfants, même parmi ceux issus des classes populaires puisque presque les trois quarts d’entre eux sont scolarisés en dehors des zones classées en éducation prioritaire.

Tout le problème est que les professeurs nécessaires pour la mise en place de cette mesure manqueront ailleurs puisque le gouvernement ne crée pas les postes nécessaires. Ainsi, des fermetures de classes sont annoncées, notamment en maternelle ; le nombre d’enfants par classe va augmenter dans bien des écoles ; il y aura moins de remplaçants pour pallier les absences et les décharges accordées aux directeurs d’école diminueront.

Pour améliorer les conditions dans les écoles et compenser au moins un peu les effets des inégalités sociales sur l’éducation des enfants, il est bien sûr essentiel d’augmenter la proportion d’adultes. C’est à cette question que le gouvernement prétend s’attaquer par le dédoublement des classes des premières années de primaire. Mais cette mesure n’est qu’un gadget qui sert d’enveloppe à sa politique. La réalité, moins reluisante, est celle des économies faites au détriment de l’apprentissage des nouvelles générations.

Nicolas CARL