Arisse – Rosny-sur-Seine : travailleurs handicapés licenciés

21 Février 2018

L’association Actions et ressources pour l’insertion sociale par le soin et l’éducation (Arisse) accueille des enfants et adolescents déficients mentaux et gère 37 établissements médico-sociaux en Île-de-France. Elle travaille sur un accès à une autonomie plus grande pour ces personnes afin qu’elles puissent s’insérer pleinement dans la vie ordinaire. Étant une association de loi 1901 à but non lucratif, elle ne dépend financièrement que d’un budget public de la Sécurité sociale, délivré par l’Agence régionale de la santé (ARS).

Sa structure située à Rosny-sur-Seine accueille 33 jeunes autistes, pris en charge au total par 44 salariés. Depuis le 2 janvier, la direction de cette structure de l’Arisse a choisi de passer par une nouvelle entreprise sous-traitante pour le nettoyage alors qu’il était effectué jusque-là par huit travailleurs handicapés rattachés à l’ESAT de la Mauldre, une entreprise du secteur protégé en faveur de l’insertion professionnelle pour des travailleurs handicapés. Ces travailleurs, côtoyant au quotidien ceux de l’Arisse, étaient de fait des collègues depuis six ans et étaient considérés comme tels.

Entre l’annonce de fin de service et le départ, la direction a laissé trois jours aux salariés pour accepter ce changement, qui leur est resté en travers de la gorge. Ces travailleurs se retrouvent maintenant complètement exclus de la société, tant comme personnes en situation de handicap que comme travailleurs sans emploi.

La direction n’a pas mis de gants pour expliquer que la raison première était budgétaire. Voilà comment, dans cette association reconnue d’utilité publique, comme dans les Ehpad et les hôpitaux, ces questions priment sur le service et le sort des travailleurs.

Correspondant LO