Roulez coûte que coûte !

14 Février 2018

Vendredi 6 février, un arrêté préfectoral sans appel tombait : les poids lourds avaient l’interdiction de circuler à partir de 5 heures du matin.

Pourtant, dès la prise d’équipe du matin, à 5 h 30, à l’usine PSA de Poissy, des dizaines de camions arrivent des quatre coins de France pour livrer leurs pièces. Comment font-ils pour ne pas se faire prendre par la police ? Tout simplement en évitant les grands axes routiers et en prenant les voies secondaires. À croire que la police et la gendarmerie sont complices car il n’y a aucun contrôle sur ces voies. Le temps de parcours est du coup rallongé, et les chauffeurs doivent rouler plus longtemps.

Quant à braver quand même l’interdiction, quitte à payer l’amende avec l’immobilisation du camion, des chauffeurs affirment que Peugeot ne laisse pas le choix à leur patron : « Il faut livrer ! ». C’est la production avant tout.

Forcer les sous-traitants à faire rouler les poids lourds, quitte à augmenter la pagaille et l’insécurité sur les routes enneigées, c’est bien la politique d’un patron qui ne pense qu’à sa production et à son intérêt de capitaliste au mépris de l’intérêt général.

Correspondant LO